Ordonnances sur le code du travail


Déclaration de la Commission Administrative fédérale de la Fédération Générale FO Construction...

la ligne rouge


Edito de Frank SERRA, Secrétaire Général de la Fédération Générale FO Construction, pour le numéro de septembre des Faits et Idées...

Fo présent à la remise de la premiere carte professionnelle du btp à douai le 4 janvier 2017


Remise de la premiere carte par le Premier Ministre, Bernard Cazeneuve, et par la ministre du Travail, Myriam El Khomri....

Accueil > Vos accords & salaires > Le papier, grand favori des français devant le digital

Le papier, grand favori des français devant le digital

Source: lsa-conso.fr publié le 03 octobre 2017 par JULIE DELVALLÉE

Toluna a mené une vaste étude mondiale pour comprendre les préférences des utilisateurs dans différents domaines où le papier et le numériques se font face. Le premier tire, de loin, son épingle du jeu. Le détail sur les préférences des Français.

 Non, il ne s'agit pas de nier l'importance du digital. Encore moins d'avancer que "c'était mieux avant", comprendre, quand le numérique n'avait pas encore envahit notre quotidien. Le paneliste Toluna a sondé, au mois de juin 2017, plus de 10 700 personnes qui ont répondu aux mêmes questions dans 10 pays ( la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, le Royaume-Uni, l'Australie, le Brésil, la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du Sud et les États-Unis). Voici livrées les préférences des Français, qui avantagent nettement, au moins dans les études, le papier, à l’heure du tout numérique.

Prospectus, catalogue, livres... le papier jugé plus "agréable"

Les résultats français indiquent une préférence pour le livre en version papier (85%), comme pour les magazines (80%) les catalogues produits (62%) et les journaux (59%) par rapport à leurs équivalents numériques. De nombreux répondants indiquent également que la lecture sur papier est plus agréable que la lecture électronique. 43% des sondés français préfèrent également consulter leurs factures bancaires sur papier, contre 21% sur ordinateur.

Les prospectus résistent

Comme le soulignent déjà diverses enquêtes, 59% des Français prêtent davantage attention à des messages publicitaires sur documents et courriers imprimés qu’à des emails publicitaires. Le marketing et la publicité en ligne s'avèrent assez impopulaires. L’étude révèle en effet que la publicité en ligne est considérée négativement par la majorité des répondants français : 72% d’entre eux ne prêtent pas attention à la plupart des publicités en ligne. 35% ne lisent d’ailleurs jamais leurs emails publicitaires. Pire, 68% trouvent les publicités en ligne gênantes et souvent non-à propos. Et 61% ne se souviennent d’ailleurs pas de la dernière fois qu’ils ont volontairement cliqué sur une publicité en ligne!

Une confiance plus solide accordée aux formats traditionnels

Les Français estiment avoir accès à une compréhension profonde sur support papier (72%), score supérieur aux sources d’information en ligne. Les personnes interrogées font également davantage confiance aux actualités des journaux papier (62%) plutôt qu’à celles lues sur les réseaux sociaux (25%). 73% des sondés indiquent en outre s’inquiéter de la tendance aux « fake news ».

La nuisance du digital sur la santé dans le collimateur

48% des Français interrogés conviennent qu’ils passent trop de temps sur les appareils électroniques et 61% sont préoccupés par le fait que l'utilisation trop fréquente des appareils électroniques pourrait nuire à leur santé (fatigue oculaire, insomnie, maux de tête). Un quart des personnes interrogées s’accorde même à estimer souffrir d’une sorte de « burnout numérique ».

Le papier comme valeur refuge

88% des sondés de l'Hexagone estiment qu’ils devraient avoir le droit de choisir la manière dont ils reçoivent les communications (imprimées ou électroniques) de la part de leur banque et des différents fournisseurs de services. 84% estiment qu’ils ne devraient pas payer un surcoût pour recevoir une facture ou une déclaration papier. Selon 76% d'entre eux, les informations personnelles détenues par voie électronique sont plus vulnérables et risquent d’être "piratées, volées, perdues ou endommagées". Les trois quarts gardent d'ailleurs chez eux des copies papier des documents importants, car ils jugent que c’est "la façon la plus sûre et permanente de stocker leurs informations".