La papeterie ahlstrom-munksjo de stenay (55) ferme une machine

Source: graphiline.com publié le 05 novembre 2018 par Faustine Loison

La production de papiers couchés une face ne serait plus suffisamment concurrentielle.

Les 200 salariés de la papeterie Ahlstrom-Munksjo de Stenay dans la Meuse viennent d'apprendre la fermeture de l'une des deux machines à papier du site, la PM1. 84 emplois devraient être supprimés, selon la presse régionale. Les processus de consultation avec les employés ont débuté le 30 octobre et devraient s'achever en janvier 2019.


L'usine de Stenay est spécialisée dans la fabrication de papiers couchés une face pour les applications d'étiquettes et graphiques ainsi que du papier pour l'industrie de l'emballage alimentaire.


Ahlstrom-Munksjö explique, dans un communiqué, que le segment des produits couchés une face "est un segment sur lequel les marchés ont une surcapacité importante, en particulier en Europe, et où l'offre de l'entreprise n'est pas alignée de manière optimale avec la stratégie de niche des solutions personnalisées".

Forte hausse du prix des matières premières


Le groupe papetier finlandais poursuit : "Si Ahlstrom-Munksjö a pris des mesures majeures pour améliorer la situation, l'environnement d'exploitation s'est encore détérioré, principalement en raison de la hausse du coût des matières premières."


Yohann Gaucher, le directeur du site, a confirmé au journal L'Est républicain, qu'en 2018, le prix de la pâte à papier a bondi de 50 %, une hausse due à la demande du marché chinois qui s'est détourné du papier recyclé pour s'orienter vers la pâte à fibre vierge.

"Comme toujours, quand la Chine se met à acheter quelque chose, on se retrouve avec une explosion des prix. De 500 euros la tonne, notre matière première coûte aujourd'hui 1 000 euros. (...) On a perdu un tiers de nos clients à cause de la concurrence."


Ahlstrom-Munksjö souhaite concentrer les commandes sur la plus grande machine à papier (PM3) de l'usine de Stenay, et estime la réduction des coûts à environ 13 millions d'euros par an.


En France, Ahlstrom-Munksjö compte environ 1 800 employés travaillant sur huit sites de production, deux centres de recherche et développement et un bureau de vente. En terme de nombre de salariés, la France est le deuxième pays du groupe derrière les États-Unis.