Bientôt, une usine de gants à bessé-sur-braye à la place de celle du papetier arjowiggins

Source: ouestfrance.fr publié le 18/05/21 par Claire ROBIN

L’entreprise Kolmi-Hopen, déjà implantée à Angers (Maine-et-Loire), compte ouvrir en 2022 une usine en Sarthe, à Bessé-sur-Braye, pour y produire des gants. Elle sera située sur l’ancien site du papetier Arjowiggins, qui a fermé il y a deux ans et devrait, à terme, faire travailler 300 personnes.
Kolmi-Hopen, qui produit des masques aujourd’hui dans ses usines du Maine-et-Loire, envisage de construire une usine pour produire des gants en nitrile, dans le département de la Sarthe, à Bessé-sur-Braye.
« Un investissement de 35 millions d’euros est prévu par l’entreprise à Bessé-sur-Braye », a en effet déclaré ce mardi 18 mai 2021 la secrétaire d’État Agnès Pannier-Runacher, saluant cette bonne nouvelle pour la « reconquête industrielle » et pour la « souveraineté sanitaire du pays ».

« Ce sera le deuxième site de production de ce type en Europe. Deux milliards de gants seront produits par an, davantage que les besoins des hôpitaux français aujourd’hui » a-t-elle ajouté.

300 emplois à terme ?
Selon Christelle Morançais, la présidente sortante LR, candidate aux élections régionales et d’origine sarthoise, dans un premier temps, entre 150 à 200 emplois seront créés, puis 300, à terme. L’entreprise Kolmi-Hopen n’a pas encore confirmé ce nombre de recrutements envisagés.

La Région des Pays de la Loire s’apprête, lors de sa prochaine commission permanente du vendredi 21 mai 2021, à voter une aide de cinq millions d’euros pour la construction de ce site de production.

« L’usine sera opérationnelle en 2022 » précise le maire de la commune Jacques Lacoche, qui a salué cette annonce.

566 salariés avaient perdu leur emploi
À Bessé-sur-Braye, le papetier Arjowiggins avait été liquidé en mars 2019, laissant alors 566 salariés sans emploi. Plus d’un an plus tard, le 19 juin 2020, le site avait été cédé à Paper Mill Industries, filiale du groupe Dottori, spécialisé dans l’industrie des produits forestiers et du papier et basé à Montréal. « Sur les 72 000 m2 de bâti du site d’ArjoWiggins, 22 000 m2 ont été vendus à Kolmi-Hopen, a expliqué ce mardi 18 mai 2021, Pierre Petit, président de Paper Mill Industries. Nous étions en concurrence avec deux autres sites des Hauts de France et de Nouvelle Aquitaine.»

Activité papetière
Cet investisseur parisien, avait annoncé la création de 240 emplois d’ici à 2023, construisant son projet industriel autour de la relance d’une activité papetière diversifiée : fabrication de pâte à papier (à partir de chanvre, mais aussi à partir de fibre textile, à partir des invendus de la filière textile), construction de maisons en bois, formations… Un investissement à 25 millions d’euros alors inespéré en cette fin de semestre marqué par la crise sanitaire et le coup d’arrêt porté à l’activité économique.